Le cerveau lors de l'écriture d'un journal créatif

Le Journal créatif: un outil d’exploration de soi

Florence Bourg Action, Agir au quotidien, Été 2021

Temps de lecture: 6 minutes

Le Journal créatif est un outil d’exploration de soi qui allie les mondes de l’écriture, du dessin et du collage.

Fabienne, qu’est-ce qui vous a menée au Journal créatif?

Le Journal créatif est entré dans ma vie, en 2014, lorsque j’étais à un tournant de ma carrière, dans une période qui n’avait rien de confortable. Dès les premières activités puisées dans le livre de l’art-thérapeute Anne-Marie Jobin Créez la vie qui vous ressemble, j’ai senti des tensions se relâcher, le plaisir revenir et des réponses à mes questions émerger. Cela me surprenait. J’ai ensuite découvert que l’auteure avait créé une école à Granby (Québec). Quelques mois plus tard, j’embarquais dans la formation d’accompagnement avec le Journal créatif® qu’elle offre une fois par année. Je suis professionnelle certifiée depuis juin 2016.

J’ai commencé à partager ma passion dès 2017 à travers des ateliers tous publics que j’ai organisés à Terrebonne, dans une coop communautaire, puis sur mon lieu de travail (je suis conseillère en emploi à temps partiel).

Depuis mars 2020, soit depuis le début de la pandémie, je suis passée à l’animation en mode virtuel, avec un plus grand succès encore. Pour la période de 2021-2022, je compte poursuivre mes rendez-vous réguliers – ce que j’ai nommé le Lab créatif – en mode virtuel, parce que la clientèle est maintenant située aux quatre coins du Québec et même en France.

Et, sur un plan plus local, j’ai envie d’offrir à des organismes communautaires d’intervenir en présentiel, sur des sujets que j’ai déjà développés, pour aider à mobiliser, à se ressourcer, à s’apaiser, à faire un deuil ou à mieux communiquer.

Organiser des ateliers est pour moi une seconde nature. J’ai fait ça dès le début de ma carrière, pour les domaines du bilan professionnel ou de la recherche d’emploi. J’aime ça, j’exprime ma créativité ainsi, et je suis appréciée pour ça, autant par la clientèle que par mes employeurs. La différence avec le Journal créatif, c’est que j’ai appris à utiliser de nouveaux outils et à composer des contenus avec un nouveau langage, dont les composantes principales sont l’écriture, le dessin, le collage et des techniques de créativité.

Peut-on parler de médiation culturelle, d’art-thérapie?

«Le Journal créatif, c’est un journal intime non conventionnel, un outil d’exploration de soi qui allie les mondes de l’écriture, du dessin et du collage de façon originale et créative.»

Cette méthode s’appuie sur des notions d’art-thérapie, mais aussi de psychologie et de créativité; elle s’inspire aussi de multiples techniques d’écriture créative. Le Journal créatif a pour objectif non pas le développement de capacités littéraires ou artistiques, mais le développement général de la personne.

La grande différence entre le Journal créatif et l’art-thérapie, c’est qu’on est seul avec son journal, qu’on interprète nous-mêmes nos créations. Il n’y a pas de thérapeute dans le décor. Je ne suis pas art-thérapeute. J’aime justement l’outil parce qu’il est concret et flexible, facile à utiliser et accessible à tous.

«Ce qu’il favorise: l’expression des émotions, le développement du témoin, c’est-à-dire d’un nouveau regard ou d’une certaine distance, l’effet miroir ou la capacité à faire un pont avec son monde intérieur et le développement du lien avec l’inconscient, source d’apaisement, de confiance et de solidité.»

Quelle est l’approche de vos ateliers créatifs?

Le Lab créatif, je l’ai créé en 2018 parce que je voyais que la plupart des participants avaient du mal à installer une pratique personnelle, et qu’ils retiraient beaucoup à partager avec les autres. Et en même temps, je voulais que toute personne qui souhaite simplement découvrir le Journal créatif puisse assister à un ou plusieurs ateliers de façon simple et rapide. C’est donc un rendez-vous toutes les deux semaines qui réunit les personnes souhaitant pratiquer le Journal créatif ensemble et tester de nouvelles activités.

Chaque Lab dure deux heures. Et on peut choisir entre deux horaires différents (un en soirée, un en après-midi). Il s’y déroule plusieurs activités, suivies d’un temps de partage, sur des thèmes variés. Cette année, j’ai abordé par exemple la mesure du bien-être, le passage à l’action, le tarot créatif pour nourrir sa vie intérieure, l’interprétation des rêves, la gestion du stress, des techniques pour mieux communiquer. L’année prochaine, ce sera d’autres sujets, que je vais valider prochainement par un sondage auprès de ma clientèle. Mais je peux déjà vous dire que j’ai le goût de traiter de santé physique ou d’être bien dans son corps, d’aborder les émotions comme le déni, la colère, la tristesse ou la peur, de prendre la nature comme source d’inspiration, d’apprivoiser nos démons intérieurs (on en a tous).

Pour le Lab, mon truc, c’est de faire connaître l’outil et les activités qui ont déjà été développées par Anne-Marie Jobin ou Nathalie Hanot (le tarot créatif); en bonus, je crée de temps à autre de nouveaux contenus.

À plusieurs reprises, de façon ponctuelle, j’anime aussi des séries d’ateliers reliés entre eux. Il s’agit de «Transition et Journal créatif», qui aborde la transition personnelle et/ou professionnelle, en cinq rendez-vous de trois heures, et qui est directement inspiré de ma pratique de conseillère en emploi. Ainsi que «Carnet de deuil», pour lequel j’ai acquis une formation spécifique en octobre dernier.  Avec ces ateliers, on explore le thème en profondeur et on va chercher des outils pour s’apaiser et rebondir. Il peut s’agir de toute sorte de deuils, pas forcément de la perte d’un être cher, mais aussi du deuil d’une relation, de la bonne santé, par exemple.

Qu’est-ce les participants en retirent?

Ce qui revient le plus souvent, c’est l’effet libérateur des exercices ou le ressourcement qu’on va chercher en se connectant à son monde intérieur, ou encore la magie de «retomber en enfance» en utilisant simplement quelques crayons, une paire de ciseaux et de la colle. Cela a un petit côté magique et bienfaiteur.

D’autres apprécient de consacrer ce temps juste à soi, à leur vie intérieure. Un peu comme un geste d’hygiène, on prend soin de soi, on va chercher des messages ou des validations pour guider nos décisions. Et puis, écouter ce que partagent les autres participants est une autre grande source d’inspiration.

Comment peut-on participer?

Le seul prérequis pour assister aux sessions virtuelles, c’est de réunir un peu de matériel: cahier à esquisses, (9 x 12 idéalement, non ligné), crayon à bille, crayons feutres, crayons de bois, pastels gras et/ou secs, ciseaux, colle en bâton, crayon à mine et gomme à effacer, magazines (pour le collage).

Prochains Labs

Les 10 et 11 juin: Carnet de deuil
Les 10 et 16 juin: «Passer à l’action» (ou comment se réénergiser alors que l’été est à nos portes).

Les Labs reprendront ensuite en septembre. Le calendrier du Journal créatif de la rentrée sera annoncé au début de l’été.

On peut s’informer sur ma page Facebook, Le Journal créatif avec Fabi, s’inscrire sur ma page Google ou encore m’envoyer un courriel pour faire partie de ma liste d’envoi (fabiennepouget @ hotmail.com).

Photos ci-haut: gracieuseté de Fabienne Pouget et des participants aux Labs créatifs.

Femme en pleine écriture de son journal créatif

Vous aimeriez aussi

Les arts visuels dans ma vie. Et la vôtre?

Carnets de voyage: dialogue entre deux artistes d’un océan à l’autre

Cet article vous a plu? Vous pouvez contribuer librement à la mission de Zenflo.

Pourquoi contribuer?