Ressentir, c’est recevoir un message

Marie-Josée Delisle Action, Agir au quotidien, Hiver 2020

Temps de lecture: 3 minutes

Marie-Josée Delisle, directrice de Santé mentale Québec – Chaudière-Appalaches

On dit que «90% de notre temps d’éveil est consacré à ressentir des émotions». Elles peuvent nous stimuler, nous ralentir, nous fatiguer, nous chambouler ou même nous faire perdre la tête! Mais à quoi servent-elles?

Les émotions jouent un rôle primordial dans nos vies. C’est «Mère Nature» qui nous en a fait cadeau pour nous permettre de nous adapter rapidement à certaines situations importantes pour nous. Toute émotion, qu’elle soit agréable ou non, est utile, car elle apporte son lot d’informations pour susciter une mise en action. Ressentir, c’est recevoir un message. Encore faut-il arriver à le décoder!

Développer ses compétences émotionnelles en 4 étapes

  1. Observer


    Le premier pas vers la compréhension du message consiste à observer ce qui se passe en nous au moment où l’émotion vient cogner à notre porte. Il suffit de s’arrêter un instant et de diriger notre attention, vers les sensations et les pensées qui surgissent, sans les juger.
     
    Si on accepte volontiers de ressentir les émotions agréables, on a souvent plus de mal à tolérer l’inconfort auquel nous sommes confrontés lorsqu’une émotion désagréable se présente. Et certaines émotions sont programmées pour faire beaucoup de bruit. La peur, par exemple, résonne très fort en nous parce qu’elle a pour utilité de préparer le corps tout entier à réagir à un danger avant même que la pensée rationnelle ne conceptualise qu’il y a danger. Il faut donc accepter de tolérer un inconfort temporaire pour s’habituer au bruit et entendre le signal.

  2. Accueillir


    Faisons de la place aux émotions sans chercher à les combattre. Une émotion peut se présenter toute seule, mais aussi être accompagnée d’une ou de plusieurs autres à la fois. Accueillons-les en cherchant à les préciser, à les différencier et à les nommer. Colère, tristesse, contrariété, dégoût, joie, honte, satisfaction, mépris, fierté… Les émotions surviennent de façon spontanée et s’imposent à nous, mais le fait de les reconnaître permet d’atténuer leur charge émotive.
     
    Le développement de notre lexique émotionnel nous permettra de raffiner notre habileté à exprimer nos émotions aux gens qui nous entourent.

  3. Identifier

    Les émotions sont les porte-paroles de nos besoins. La satisfaction d’un besoin entraînera une émotion agréable alors qu’un besoin inassouvi se traduira par un malaise qui nous incitera à nous mettre en action pour y répondre. Comme le tableau de bord d’une automobile dont un témoin lumineux s’allume pour signaler au conducteur le besoin de faire le plein d’essence ou d’huile, l’émotion indique la présence d’un besoin.
     
    Le défi réside dans notre capacité à identifier efficacement ce besoin: sécurité, quête de sens, estime, ressourcement, respect de nos valeurs, etc.

  4. Choisir

    Une fois le besoin identifié, on peut maintenant choisir comment y répondre adéquatement en étant à l’écoute de ce qui est important pour nous et en prenant conscience de notre pouvoir d’agir. Ce n’est qu’une fois le besoin comblé que l’émotion se dissipera, son travail ayant été accompli.

Les compétences émotionnelles au service du bien-être

«Les compétences émotionnelles permettent d’accéder à une plus grande confiance en soi et à une réduction du stress, les émotions n’étant plus perçues comme envahissantes et inconfortables»

– Organisme L’Autrement Dit. «La Roue des émotions», Belgique

Certes, apprendre à ressentir, à entendre le message, à prendre le recul nécessaire pour y voir clair demande, comme pour l’apprentissage d’une nouvelle langue, de la pratique et ce n’est qu’au fil du temps qu’on arrivera à en intégrer toutes les subtilités.

Alors, que ressentez-vous aujourd’hui?

Ce texte signé Marie-Josée Delisle, directrice de Santé mentale Québec – Chaudière-Appalaches, est inspiré de la Campagne de promotion de la santé mentale 2020-2021 du Mouvement Santé mentale Québec: Ressentir c’est recevoir un message.

Porte-parole: David Goudreault

Sur le même thème

Source

Université catholique de Louvain