Des oiseaux s'envolent d'une cage. Image qui représente la liberté d'expression suite aux événements tragiques survenus en France.

Bien-être des enseignants: quels mots devant la barbarie?

Florence Bourg ActuZen, Automne 2020, Éducation, Santé & bien-être, Vivre ensemble

Temps de lecture: 3 minutes

La liberté d’expression n’a pas sa place en classe?

Vendredi 16 octobre, l’enseignant d’histoire-géographie français Samuel Paty a été sauvagement assassiné, non loin de son collège, par un terroriste islamiste. Pourquoi? Pour avoir montré en classe une caricature de Mahomet de Charlie Hebdo à l’occasion d’un cours sur la liberté d’expression. Une caricature de la revue Charlie Hebdo, c’est à mon avis un support de communication comme un autre, un objet d’étude et d’analyse Ô combien pertinent pour amorcer une discussion sur la liberté d’expression.

Mieux-être des enseignants: au secours!

Au cours des dernières semaines, le magazine Zenflo a recueilli des témoignages d’enseignants leur demandant de réfléchir à leur mieux-être, pour son édition sur le thème «bien-être + éducation». Témoignages qui seront divulgués bientôt. Mais qu’est-ce que le «bien-être» à côté de cette barbarie? À côté du haut-le-cœur, de la colère et de l’indignation que nous éprouvons? Sans compter la peur d’enseignants déjà sur le qui-vive, qui se questionnent sur leur sécurité et sur le risque de l’auto-censure.

Déjà, avant l’assassinat de Samuel Paty, certains enseignants nous avaient confié: «La situation est catastrophique. Rien ne va plus.» Alors que dire aujourd’hui devant cet acte d’une extrême violence et intolérance? Comment est-ce possible? Lorsque l’événement est arrivé, je terminais la lecture de L’orangeraie, de Larry Tremblay. Un livre qui a d’ailleurs obtenu, en 2015, le Prix littéraire des collégiens. Je lisais ces lignes et elles ont trouvé écho en moi. Les mots de cet auteur et dramaturge québécois m’ont apporté un peu de paix. Partage.

Des mots justes sortis de L’orangeraie

«Écoute-moi, soldat, même dans la situation où je me trouve, je peux encore réfléchir. Tu me dis que tu me laisseras vivre si je te donne une raison valable de m’épargner. Si j’accapare ton attention par une histoire qui va te sortir de ta haine. Je ne te crois pas. Tu n’as pas besoin qu’on te raconte une histoire. Et tu n’as surtout pas besoin d’avoir une raison pour ne pas m’abattre comme un chien. Tu veux savoir ce que je fais actuellement en te parlant comme si je parlais à un ami? Je pleure mon père, je pleure ma mère et aussi tous mes frères. J’en ai des milliers.

Non, tu n’as pas besoin d’avoir une raison ou d’avoir tout simplement raison pour faire ce que tu crois devoir faire. Ne cherche pas ailleurs ce qui se trouve déjà en toi. Qui suis-je, moi, pour réfléchir à ta place? Moi aussi, mon cœur est cassé comme un caillou. Mais, comme tu le constates, j’ai une voix calme. Mieux encore, j’ai une voix paisible. Je te parle avec de la paix dans ma bouche. Je te parle avec de la paix dans mes mots. Je te parle avec une voix qui a sept ans, neuf ans, vingt ans, mille ans. L’entends-tu?» – Larry Tremblay, L’orangeraie.

Pour vous procurer ce livre et aider Zenflo à poursuivre sa mission de sensibilisation au bien-être:

Depuis la France (Fnac)
Depuis le Canada (Les Libraires)

Briser le cycle de la violence

Tout comme Larry Tremblay, je pense que s’il y a des meurtres, des conflits, des guerres, et même de l’agressivité dans nos maisons, sous forme de gestes ou de paroles violentes, c’est parce que la haine se transmet de génération en génération.

D’où l’importance de développer et d’exercer notre sens critique, en tant qu’adulte conscient et de le permettre aussi à nos enfants, en leur laissant cette liberté d’être à part entière.

Car tel que je l’indiquais dans mon édito du 5 septembre dernier, l’éducation devrait être synonyme de liberté.

Pour la liberté d’expression

Pour le respect des enseignants et de leur travail
Pour de meilleures conditions de vie pour les enseignants. Pour plus de soutien, de sécurité et de bien-être
Pour l’apprentissage de la communication non violente, par les adultes comme par les jeunes
Pour aider les humains à penser par et pour eux-mêmes, afin d’agir avec discernement et briser le cycle de la haine
Pour la philosophie pour enfants et adolescents
Pour des programmes comme Les Racines de l’empathie.

L’équipe de Zenflo s’associe à moi pour honorer la mémoire de cet enseignant qui faisait son travail: ouvrir les esprits.
Zenflo est Samuel Paty.
Respect Larry Tremblay.

Chaleureusement,

Florence

Vous aimeriez poursuivre la discussion? Écrivez-nous via le Courrier des lecteurs.